07/06/2010

LAWRENCE ENGLISH 'KIRI NO OTO' /// LE SON DE LA BRUME

cd-feature-lawrence-english-kiri-no-oto-Lawrence_English_Kiri_No_Oto_Touch_Review


On ne peut évoquer la scène électronique contemporaine australienne sans évoquer Lawrence English. En l'espace d'une dizaine d'années, le compositeur-curateur s'est imposé comme une figure incontournable, imposant sa marque tant via son label Room40 (Marisa Rosenfeld, Tujiko Noriko, Sebastien Roux, Dj Olive, Luc Ferrari, Matt Rösner...) que par ses propres sorties puisant tant dans le domaine du Field Recordings (Ghost Towns) que dans les dissonances ambient (Studies For Stradbroke, For Varying Degrees Of Winter).


Signé sur Touch, Kiri No Oto est un concept album, le premier d'une série, transposant les effets de brouillard à des contextes sonores divers. Dans un environnement brumeux, la vue est altérée, se focalisant tantôt sur l'ensemble, ou tentant plutôt de discerner le détail dissimulé. Lawrence English réalise le transfert au contexte sonore au départ de prises de son réelles; field recordings réalisés au gré de ses nombreux voyages en environnements variés; passées au travers de processus d'hypersaturation et de variations de fréquences et de volumes.


Pour en faire pleinement l'expérience, Kiri No Oto se doit d'être écouté d'une traite, les yeux fermés. Vous discernerez furtivement des éléments sonores familiers qui perdront leur corporalité pour se retrouver dans des champs plus vastes, inconnus. L'attention se modifie sans cesse, la perspective auditive se déplace et l'auditeur choisit de discerner ce que son oreille lui dicte. Attention, la comparaison au contexte visuel tient davantage de la tempête en haute mer qu'à la promenade dans la brume de par chez nous. J'ai réalisé une interview de Lawrence English pour Qwartz que pouvez visionner ici.