21/02/2010

FREEFORM /// SONIC IMPROVISATION

concept art2 copy

Tenter de réunir des musiciens issus de diverses cultures pour les faire explorer de nouvelles palettes sonores sous le thème global de l'improvisation et du jeu modal, tel est le pari pris par les soirées Freeform qui se déroulent tous les deux mois à KULCHA,organisation subventionnée pour la promotion des arts multiculturels sur la côte ouest australienne.


Pari fou à première vue, car qu'ont en commun une joueuse de koto, un joueur de oud, de darbouka, de saxophone, de Fender Rhodes, un destructureur de vinyles, un iranien maître du saz turque et une joueuse de Ehru? Certains musiciens ne maîtrisent pas l'anglais, certains instruments fonctionnent sur des modes d'accords trop éloignés pour pouvoir s'accorder ensemble; les différences culturelles semblent incommensurables, sans compter la formation classique de certains, alors jamais confrontés au jeu de l'improvisation.


Pari réussi car malgré les challenges pré-cités, Freeform semble être parvenu à trouver un langage musical commun. Généralement une soirée Freeform débute par une assemblée brève où sont projetées les diverses combinaisons possibles de musiciens, et où des idées plus structurelles sont discutées telles l'introduction des jeux de cartes mis au point par John Zorn.


L'une des approches adoptées dans le cas d'instruments inhabituels ou moins familiés, tels le sarangi indien ou le koto japonais, fut de débuter par un solo, successivement rejoint par d'autres musiciens pour, au final, former un véritable ensemble autour du premier instrument. Cette méthode permet à une pièce d'évoluer de territoires plus traditionnels vers l'expérimental ou l'exploration sonore.


Le succès est en partie dû au multi-instrumentiste
Mark Cain. Affilié de longue date à KULCHA et co-fondateur de Freeform avec moi-même, Mark revêt pour l'occasion le costume de conducteur ou de chef d'orchestre afin d'éviter que Freeform ne se réduise à une simple jam session et pour continuellement atteindre des sommets où musique du monde, jazz et improv partagent les mêmes terrains.


Un an plus tard et déjà de nouvelles collaborations sont nées suite à ces rencontres fortuites entre musiciens curieux. Daramad réunit Mark Cain, Reza Mirzaei, Phil Waldron et Mike Zolkner et explore les confluents entre musiques du Moyen-Orient et Free Jazz, rappelant et reprenant même le compositeur Anouar Brahem. Masonik est un collectif Dub qui a vu l'association entre le beat maker Bazil Psanoudakis et le saxophoniste Paul 'Pax' Andrews.


Je ne peux que vous inviter à visiter le blog et à écouter certains des enregistrements déjà disponibles sur Sound Cloud.

http://soundcloud.comFreeform